• International

Justin Young - Basson

Mars 2018-Juin 2018
Étudiant à la Royal Irish Academy of Music (Dublin)

PNG - 441.7 ko

I admit, as an American, I was very curious how I would be received by the French people before coming to France but I found most everyone in the North to be especially friendly and kind. I found the other musicians of the Opera to be very friendly as well. My rather horrible French didn’t seem to bother anyone, which was a relief ! and people seemed curious to talk to me. Working alongside l’ensemble Le Balcon, especially in such a big production as Le Roi Dragon by Arthur Lavandier, was a lot of fun. The quality of music was very good yet the atmosphere always seemed relaxed and in good humour (which I find can sometimes be a rare combination).

I very much enjoyed my lessons with Jean-Nicolas Hoebeke. He is the principal bassoon of Orchestre National de Lille. I found his approach to the instrument very intriguing and motivating. He was also sure to teach me about the French style of playing which I’m not sure I would have learned if it were not for him ! He is an exceptionally kind man and was a pleasure to learn from.


Jacob Faulkner - Violon

Septembre 2017-Juin 2018
Étudiant à l’Université de Keele (Royaume Uni)

PNG - 1.7 Mo

Ce fut un plaisir et une expérience formidable d’étudier avec d’autres étudiants français et dans un lieu tel que Lille.

​Je suis arrivée à Lille en septembre 2017, pour une année de mobilité Erasmus dans le cadre de mes études universitaires de mathématiques et de musique. J’ai choisi de venir étudier en France parce que j’avais appris le français, je voulais améliorer mon niveau de langue et être en pleine immersion dans la culture française.
Une des principales difficultés auxquelles j’ai dû faire face lors de mon arrivée en France, c’est probablement de suivre les cours en français et avec une méthode de travail très différente de celle en Angleterre. Je pense que les études en France sont assez compliquées et nous sommes moins accompagnés qu’en Angleterre. Ici, nous sommes plus autonomes, mais c’est parfois plus complexe quand on est un étudiant étranger.
Je suis néanmoins très heureux d’avoir pu bénéficier du programme de mobilité Erasmus+ cette année, et particulièrement en tant que britannique. Je pense qu’une fois le Royaume-Uni sorti définitivement de l’Union Européenne, il sera plus difficile pour les étudiants britanniques de bénéficier du programme Erasmus comme moi. Le fait d’être à Lille, au cœur de l’Europe, j’ai eu l’occasion de rencontrer beaucoup de citoyens européens, on y retrouve sur un même espace un mélange de cultures du fait de la proximité avec l’Angleterre, l’Allemagne…. J’ai également rencontré d’autres étudiants en provenance d’autres continents. J’ai un ami Brésilien avec qui j’ai pu entretenir des discussions très intéressantes et enrichissantes, telles que sur la diplomatie américaine ou sur d’autres questions diverses.
La vie en France ici est assez différente de l’Angleterre, si on prend les habitudes alimentaires par exemple, il est difficile de trouver des cidres fruités traditionnels anglais, les « baked beans » en supermarché et autres spécialités anglaises… Mais je reconnais que la gastronomie en France est plutôt de qualité. Par exemple, les baguettes et les croissants en France ne sont pas comparables avec ceux proposés en Angleterre.
Je suis satisfait de mon expérience en France, c’est une très bonne expérience, j’ai créé des amitiés avec des gens très intéressants que je n’aurais probablement jamais rencontré autrement et ce tout en parlant français quotidiennement. Je rentre en Angleterre l’année prochaine et il me reste encore une année d’étude, je pense que je reviendrai en France !


Ana Aguilar Perez - Harpe

Septembre 2016-Juin 2017
Étudiante au Real Conservatorio de Madrid (Espagne)

JPEG - 149.5 ko

Depuis que je suis arrivée à Lille, j’ai eu la chance de vivre de nombreuses expériences.

J’ai principalement découvert la culture française : l’organisation de la journée, les repas, les gens... Socialement, c’est très diffèrent de l’Espagne ! En France, les gens sont peut-être plus fermés et moins faciles d’accès, mais ils restent sympas et gentils.

Je suis venue en France, à Lille plus spécifiquement, sur les conseils d’une harpiste. Elle m’a expliqué que Anne Le Roy, professeur de harpe à l’ESMD et harpiste solo de l’Orchestre National de Lille, était tout simplement géniale. Alors j’ai décidé de faire ce voyage afin de travailler avec elle.

Plus généralement, j’adore la France, la culture et surtout la langue : habiter ici pendant une année entière était le meilleur moyen de l’apprendre.

J’ai apprécié les cours et le programme pédagogique proposé à l’ESMD. Il est plus souple qu’en Espagne, ce qui m’a permis de beaucoup travailler mon instrument. C’est aussi un avantage pour monter des projets musicaux en-dehors de l’école, comme des concerts avec des orchestres, ou encore des concours. Mon niveau s’est considérablement amélioré, grâce à l’ESMD, à son système de travail et à la professeur de harpe.

Mon année a été unique, mon seul regret est de ne pas avoir rencontré davantage de personnes. En revanche, l’expérience personnelle et professionnelle que j’ai vécue m’a fait grandir. Grâce à cette année de travail, j’ai relevé mes défis.


Sergio Mayoral de la Puente - Trompette

Septembre 2015 à juin 2016
Originaire d’Oviedo (Espagne)

JPEG - 85.9 ko

Le programme Erasmus+ me permet de passer toute l’année scolaire en France. J’étais déjà venu visiter ce pays il y a quelques années, mais y être étudiant est vraiment une chance et m’a permis de faire des rencontres incroyables !

Je tiens tout d’abord à remercier tous mes collègues étudiants, ainsi que les professeurs et l’équipe administrative de l’ESMD pour leur gentillesse. L’accueil qu’ils m’ont réservé m’a aidé à m’intégrer sans difficulté, et de progresser sur mon instrument, la trompette.

Venir en France m’a permis de découvrir un tout autre système d’études supérieures. L’organisation des cours est beaucoup plus libre qu’au Conservatoire Supérieur de Musique d’Oviedo (Espagne) où j’étudie. Mais elle m’est apparue très intéressante, puisqu’elle permet de participer à de nombreux projets et de disposer d’une plus grande flexibilité dans notre plan d’études. Cette autonomie et la réflexion menée lors de cours tels que « Projet personnel » nous préparent à créer par la suite nos propres projets. Les cours suivis à l’Université de Lille m’ont également aidé à considérablement améliorer mon français.

Depuis mon arrivée en septembre 2015, j’ai pu participer à de nombreux projets. J’ai fait des concerts avec “The Fun-Ky Jazz Band”, participé au projet « Happy Winds » au Nouveau Siècle, joué lors du concert « Arrangements et création » en partenariat avec le CRR de Lille, etc. Chaque projet, chaque concert étaient différents ; ils m’ont tous permis de vivre de très bons moments.

Et enfin, j’apprécie énormément Lille, je trouve cette ville magnifique ! Il y a une multitude de choses à faire, avec des propositions culturelles très variées : des concerts, des expositions, des fêtes… Je profite de mon année d’Erasmus pour assister à toutes ces choses que je ne prends pas le temps de faire en Espagne ! Je me rends à la gare Saint-Sauveur toutes les semaines, j’essaie d’assister à des concerts, il y a beaucoup de possibilités !

L’expérience Erasmus + est vraiment inoubliable. La France, les français (et françaises) que j’ai pu découvrir, les différences entre l’humour espagnol et le français, m’ont permis de vivre des expériences incroyables.


Giulio Tosti - Orgue

Septembre 2015-Avril 2016 - Originaire de Naples (Italie)

Mon expérience Erasmus+ a été très positive et importante pour moi. Malgré des débuts plutôt difficiles à cause de mon incompréhension de la langue française et les différences administratives (notamment pour trouver un logement !), j’ai rapidement apprécié la ville de Lille et la vie ici. Mon séjour était d’ailleurs tellement agréable qu’au lieu de n’y passer qu’un semestre comme prévu, j’ai finalement décidé avec l’accord de mon université de rester une année entière ! Après seulement 4 mois ici, je me sentais déjà intégré dans la ville et au sein de l’école.

J’ai choisi de venir en France pour l’importante richesse du pays concernant les orgues. On dispose ici d’instruments magnifiques, et jouer sur les orgues français m’a aidé à mieux comprendre la façon de jouer de cet instrument de manière générale.

Je pense donc qu’il est très bénéfique pour un musicien de participer au programme Erasmus+, à la fois pour les découvertes musicales et humaines. C’est dommage que nous ne soyons pas davantage à vivre cette aventure !

Il me reste encore un mois à passer en France, mais je me sens déjà un peu triste... Après avoir obtenu mon diplôme en Italie, je pense que j’irai en Allemagne, mais je garde en tête la possibilité de revenir en France, et même pourquoi pas à Lille !


David Mc Elroy - Violon

Septembre 2015-Décembre 2015 - Originaire de Cork (Irlande)

JPEG - 107.1 ko

J’ai décidé de vivre mon expérience Erasmus + à Lille pour la richesse musicale que cette ville propose, et venant d’Irlande, je n’ai donc eu aucun problème à m’habituer à la météo… ! J’avais entendu dire que Lille possède un fantastique programme culturel et artistique : on ne m’avait pas menti. J’ai immédiatement remarqué l’énorme part de musique dans la vie culturelle lilloise : avec des concerts presque tous les soirs, des artistes aux quatre coins de la ville et une atmosphère musicale ambiante, Lille ne m’a pas déçu.

Les étudiants du Pôle Sup sont de plus extrêmement sympathiques et serviables, surtout envers un étudiant comme moi qui ne parlait pas très bien français. Dès le début, ils m’ont invité à assister aux concerts et à profiter de la vie nocturne de Lille.

Pendant mon séjour ici, j’ai eu la chance d’assister à de nombreux grands concerts. En tant que violoniste, j’ai été marqué par celui de l’orchestre national de lille avec la soliste Sarah Chang, violoniste célèbre dans le monde entier. En Irlande, sa venue serait un très grand événement ! Ici à Lille, les gens ont souvent l’opportunité de voir de célèbres artistes comme elle. Les concerts au Nouveau Siècle sont ainsi très stimulants pour moi. Je suis heureux d’avoir pu y jouer en novembre 2015 avec l’Orchestre de Formation Professionnelle (OFP) mis en place en partenariat entre le Pôle Sup et le CRR de Lille.

L’OFP a été une grande expérience : jouer face à un grand chef d’orchestre comme Maxime Pascal était formidable. Son énergie et son expérience ont été très encourageantes pour moi en tant que musicien d’orchestre. Je fais également partie du projet « Concert Croisé » avec l’association Chambre à part qui aura lieu en décembre 2015. C’est également une expérience enrichissante, où j’ai l’opportunité de jouer avec deux membres de l’orchestre national de lille, Ken Sugita (violon) et Paul Mayes (alto). Ils ont une grande expérience de la musique de chambre, et j’ai la chance d’apprendre en jouant à leurs côtés.

Lille est enfin un endroit idéal pour rencontrer des personnes de différentes nationalités. Je me suis fait des amis venant d’Espagne, d’Italie, d’Amérique et bien sûr de France. Tous ces gens sont très amicaux et chaleureux. Ils m’ont accompagné à beaucoup de concerts, comme à la gare Saint-Sauveur.

Lille a donc été une expérience fantastique pour moi. J’ai eu l’occasion de rencontrer une nouvelle culture, des gens différents, et d’écouter beaucoup de grande musique. C’est une expérience que je n’oublierai jamais.

Juliette Tenaillon - Violon

Stuttgart (Allemagne) - Premier semestre 2018-2019

PNG - 1.3 Mo

Juliette est étudiante en violon dans la classe d’Ayako Tanaka au sein de l’ESMD depuis septembre 2016. Cette année, elle passe son 1er semestre au sein de l’université de Stuttgart dans le cadre d’une mobilité Erasmus.

Tes premières impressions ?
Mon premier mois est passé très vite ! Le semestre a commencé officiellement le 4 octobre. Je suis arrivée le 2 septembre et après un test d’allemand, j’ai commencé à suivre des cours du 4 au 27 septembre. Les trois heures d’allemand tous les jours étaient intenses, mais l’enseignante était vraiment patiente. Les autres élèves du cours, étudiaient ou travaillaient dans différents domaines et venaient du monde entier. Nous avons eu l’occasion de sortir après les cours et de sympathiser, et nous avons tous obtenu notre examen le 27 septembre.

Une journée type ?
Je n’ai pas vraiment de journée type... j’ai au minimum un cours par jour. Je travaille un peu chez moi, mais je préfère me rendre à la Hochschule. Malheureusement, ça peut être très tard parce qu’il y a peu de salles libre en journée... quand je dois travailler tard, j’ai le temps cuisiner, de lire, de faire du sport, d’aller à la bibliothèque. Si j’ai pu travailler comme je le souhaitais pendant la journée, alors je sors de temps en temps, je vais à des auditions ou je passe du temps avec mes collocataires à discuter.

Ton meilleur souvenir ?
J’ai déjà passé de beaux moments depuis un mois et demi. L’un d’entre eux est lorsque nous nous sommes rencontrées (oui, nous ne sommes que des filles !) avec les autres étudiantes de ma prof. Elle a organisé un "Vorspiel", une audition chez elle où nous avons chacune joué une étude. Nous avons ensuite dîné toutes ensemble. Il y a une très bonne ambiance dans la classe. Et même si cette rencontre m’avait beaucoup stressée, parce que c’est quand même une grande classe (près de vingt étudiantes), l’atmosphère était vraiment bonne et je me suis finalement sentie à l’aise. J’ai aussi en mémoire des souvenirs de soirées avec les instruments, où l’on se retrouve pour improviser dans la rue avec des amis. Tous les mardis soirs, nous pouvons jouer dans la cour intérieure devant le Fitz Theater. Je n’avais encore jamais fait ça, mais cela me plaît beaucoup. Je repars toujours avec de nouvelles musiques à écouter, pour pouvoir les jouer la prochaine fois.

Des surprises ?
Je suis en général agréablement surprise par tout ce que je vois ici. J’aime beaucoup les gens avec qui j’étudie, et mes journées sont très agréables. La vie culturelle est intense ici, il y a des occasions de sortir, des concerts, des pièces de théâtre presque tous les soirs. Une surprise est que dans cette région, et même dans cette ville, ce n’est pas la bière qui est a l’honneur mais plutôt le vin ! Ma chambre donne sur une colline de vignes.

Un plat préféré ?
... il y a de merveilleux gâteaux en Allemagne.

Jusqu’à présent, je suis vraiment heureuse de mon expérience Erasmus. Il y a beaucoup d’étudiants étrangers à Stuttgart, et c’est l’occasion de rencontrer des personnes du monde entier. Cela me fait réfléchir à ce que peuvent nous apporter nos études musicales en général, directement à notre formation de musiciens et de futur enseignant. Je trouve qu’il y a beaucoup de similitudes entre l’ESMD la Hochschule, au niveau des attentes et des cours.


Clémentine Maillard - Violon

Göteborg (Suède) - Septembre 2017 à Juin 2018

PNG - 694.9 ko

Étudiante en violon à l’ESMD, Clémentine Maillard a effectué un séjour en Suède, à Göteborg, dans le cadre de la Charte Erasmus +.
Elle a tenu un blog qui témoigne de son expérience et où l’on retrouve ses expériences musicales mais aussi humaines...

Une vie d’étudiante musicienne à l’étranger dans une atmosphère qu’elle qualifie de bienveillante, entre approches pédagogiques différentes, examens que certains étudiants passent en chaussettes et que l’on débrieffe avec les enseignants en mangeant des chocolats, cours de prise de son et d’enregistrement qui permettent aux étudiants de capter eux-mêmes des prestations de musique de chambre, immersion dans la culture suédoise et cours de langue ou encore l’expérience à la fois humaine et artistique avec “Framtidens Orkester”, un projet avec El Sistema Sweden...

Le blog de Clémentine


Mathilde Baal - Danse contemporaine

Corfou (Grèce) - Avril à juillet 2015

JPEG - 161.3 ko

Avec l’obtention d’un DE en danse contemporaine au début de l’année 2015 et ayant la folie des voyages, je me suis laissée convaincre pour partir 4 mois au pays d’Homère et d’Ulysse.

C’est déjà dans l’avion que commence l’aventure : l’immersion est totale, puisque personne ne parle français à bord. Car Erasmus c’est tout d’abord l’occasion de parfaire une seconde langue, ici l’anglais, en mettant à l’épreuve son accent, et en se perdant parfois dans des traductions trop littérales qui donnent lieu à de nombreux fous rires.

Erasmus, c’est également la découverte d’une autre culture, des us et coutumes de chacun. C’est pourquoi, avec mes acolytes Erasmus, nous nous sommes vaillamment lancés à la découverte des restaurants, plages, glaces et pâtisseries en tout genre. Vous pouvez imaginer les souffrances encourues durant la dégustation de ces petits plats faits maison, le tout dans un cadre idyllique...

Et bien sûr, le stage Erasmus c’est aussi du travail ! Un lieu où tous les projets sont possibles avec de la motivation et de la bonne volonté. J’ai ainsi eu l’occasion de participer à la création d’un opéra, de donner des cours de danse baroque et contemporaine, des cours sur la posture, ou encore une conférence sur les liens entre la musique et la danse contemporaine, et créer des performances de groupe. J’ai de plus eu la chance de voir cette période de stage se terminer par un workshop auquel j’ai pu participer dans le cadre du festival One small step. Ce stage fut aussi l’occasion de développer mon carnet d’adresse, de faire de très belles rencontres, et d’avoir une première expérience professionnelle dans un cadre magique.

En définitive, le stage Erasmus est une expérience où l’on découvre l’autre, mais aussi où l’on se découvre soi-même en élargissant ses domaines de compétences.